Présentation


Caporal Richard Blais 1959 - 2013

Perdre quelqu’un qu’on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l’avoir rencontré.
Tiré du roman de Marc Lévy, La première journée

 

Voici l’histoire de mon frère, le caporal Richard Blais, qui a été undercover au sein de la Gendarmerie royale du Canada et qui a consacré sa vie à son travail et a accompli des missions délicates et très importantes à travers le Canada. Il a aussi agi en tant qu’agent double pour découvrir des ripoux au sein de la GRC.

Cet homme considéré par ses supérieurs comme étant un des meilleurs agents doubles et un très bon enquêteur à la GRC, et qualifié de supérieur à la moyenne, a fait son travail avec loyauté et fidélité jusqu’à ce que, suite à un «conflit» avec un médecin de la GRC, on tente de lui nuire, et ce, au moment même où il était au meilleur de sa carrière. Il a subi et enduré un harcèlement quotidien de 1999 jusqu’en 2013 tant au travail que durant les nombreuses années où a l’a laissé « poireauter » chez lui dans l’attente d’un réintègrement au travail, tout simplement pour avoir refusé un Ordre, et ce, avec ou sans solde dépendamment des humeurs de certains. Sans oublier en 2001 où il devait aller se rapporter à chaque jour au détachement de Québec (il résidait à Sainte-Foy) comme un criminel en liberté sous condition pour y apposer sa signature sur des feuilles de prévenus devant ses pairs; quelle humiliation!

Un « monstre médical », qui été créé à l’époque par un médecin en chef. Une descente aux enfers à cause d’un simple résultat sanguin qui indiquait que le caporal Blais consommait de la boisson à l’extérieur de son travail. Une saga médicale inventée de toutes pièces par la direction de la GRC qui ferait une très bonne série télévisée comme me le disait un auteur québécois de renommée internationale qui a eu la gentillesse de feuilleter mon manuscrit en 2016.

Ce que je veux surtout ce sont des excuses publiques et qu’on rétablisse la réputation au caporal Richard Blais. N’allez pas croire que ce livre est totalement « objectif ». Une sœur qui écrit sur la vie de son frère qu’elle aimait ça ne peut être totalement objectif. Ce bouquin sera plutôt teinté d’émotions diverses telles que la fierté, la joie, le dévouement, d’une part; la déception, la colère, le découragement, d’autre part; et pour terminer, la tristesse et la rancœur. Toutes ces émotions au reflet du parcours de la vie à mon frère au sein de la GRC et des miennes par le fait même à travers l’écriture de ce livre.

Mais ne vous inquiétez pas, je ne vous assommerai pas juste avec le harcèlement qu’a subi mon frère, je vous raconterai aussi des segments de sa vie très mouvementée et palpitante ─ surtout lors de ses opérations comme undercover.

Je vous garantis des frissons et beaucoup d’émotion tout au long de votre lecture. Je souhaite que vous puissiez connaître l’envers de la médaille de ce qui peut se tramer à la GRC. Vous allez apprendre à connaître le feu caporal Richard Blais au fil des pages et vous verrez que vous n’avez pas rencontré beaucoup de gens avec une force comme il avait… jusqu’à ce qu’il craque en 2012 et qu’il décède en 2013. À force de se battre contre la « machine » qu’est la GRC, il a perdu sa santé, son argent, sa vie.

France Blais, sœur du caporal Richard Blais